«On ne rend pas service aux enfants en forçant trop»

02 août 2019, 9:07

«On ne rend pas service aux enfants en forçant trop»

Kids Tennis
Au service des enfants: Timo Lanz à l'entraînment avec un groupe d'enfants.

La première chose qui vient à l’esprit quand on entend parler d‘une Swiss Tennis Partner Academy est sans doute qu’il s’agit d’une couveuse de jeunes talents prêts à prendre leur envol sur le circuit professionnel. Mais une académie partenaire accomplit aussi un important travail de base. Philipp Dillschneider explique pourquoi on accorde tant d’importance au niveau orange de la Kids Tennis High School à l’académie partenaire de Lucerne.

Les écoles partenaires qui obtiennent le label «Swiss Tennis Partner Academy» se sont engagées à enseigner le tennis conformément au programme d’encouragement des enfants Kids Tennis High School. La Partner Academy Luzern en fait partie.

«La Kids Tennis High School jette les bases qui me permettent ensuite de faire du bon travail dans le domaine U15», explique Philipp Dillschneider, propriétaire de l’école de tennis éponyme et entraîneur au club de tennis Allmend Luzern. Et ces «bases» se présentent comme suit à l’académie partenaire de Lucerne: 81 garçons et filles s’entraînent à la Kids Tennis High School où ils sont encadrés par quatre moniteurs formés à la méthode Kids Tennis.

Les parents sont des partenaires importants

Dillschneider sait que le succès n’est jamais servi sur un plateau. «Afin que la Kids Tennis High School puisse prendre pied dans une région, plusieurs partenaires doivent participer à la réussite.» D’après lui, les parents doivent être acquis au concept par une bonne communication (p.ex. soirée des parents), et il faut savoir persuader les clubs et les écoles de tennis de la région d’investir dans la formation de leurs entraîneurs et leurs moniteurs, ainsi que dans l’équipement Kids Tennis. Mais l’effort est largement récompensé, promet Dillschneider: «A la Kids Tennis High School, les enfants peuvent apprendre à jouer au tennis sur un mode ludique. Ils chassent les points en équipe, ce qui les soude en tant que groupe. Et les vertus récompensées lors de la chasse aux points sont l’engagement, la volonté, le zèle et l’adresse.»

Créer un bon fondement

En tant qu’enseignant d’école primaire, de gymnastique et de sport, ainsi qu’expert Kids Tennis, Philipp Dillschneider est particulièrement attentif au niveau orange, le second échelon à gravir dans le parcours de formation Kids Tennis.  «Il vaut la peine d’investir suffisamment de temps au niveau orange afin de construire une base solide. Mon expérience m’a enseigné que les enfants progressaient d’autant plus rapidement par la suite.» Dans cette philosophie s’inscrit l’opportunité qu’offre l’académie partenaire de Lucerne à ses enfants de jouer un maximum d’échanges de balles et de points. «L’entraînement est orienté vers le jeu. Cette démarche développe en même temps la compétence tactique des enfants, puisqu’ils découvrent ce qu’ils doivent faire pour remporter un point.» Et en passant, cela permet d’exercer aussi tous les coups (y compris le slice et l’amorti). «Au niveau orange, les enchaînements moteurs de chaque coup devraient commencer à être décelables», affirme Dillschneider. Et il faut du temps pour que cela entre. «Il est important que les parents sachent pourquoi nous travaillons plus longtemps que d’autres clubs et écoles de tennis sur les différents niveaux afin qu’ils comprennent ce que nous faisons.»

Laisser suffisamment de temps aux enfants

Dillschneider veut donner à ses protégés le temps de se développer. Et il est persuadé que la Kids Tennis High School avec ses différents niveaux est la bonne voie pour bien préparer les enfants à leur entrée dans le tennis de tournoi – p.ex. les Interclubs des juniors – et leur donner les moyens de goûter à la joie de fantastiques échanges de balle et peut-être même célébrer une occasionnelle victoire. Et de rappeler qu’il importe de travailler consciencieusement sur chacun des 10 modules d’apprentissage par niveau. « On ne rend pas service aux enfants en forçant trop à ce stade. Car les enfants trop poussés seront vite dépassés dans un match et frustrés. Et c’est juste le contraire de ce que nous recherchons. Nous voulons surtout que les enfants jouent avec plaisir.»

D’ailleurs tout, dans la Kids Tennis High School s’articule autour du plaisir de jouer. «Les chercheurs estiment que jusqu’à l’âge de six ans, les enfants devraient jouer pendant environ 15 000 heures, ce qui représente en moyenne huit heures par jour. Jouer est donc en quelque sorte le métier des enfants », constate Lucien Schenk, responsable Kids Tennis chez Swiss Tennis.

Série «Swiss Tennis Partner Academy»

Dans notre newsletter, nous vous présentons à intervalles réguliers l’une des douze Partner Academies de Swiss Tennis et vous parlons de ses priorités et de celles de la région concernée.


Déjà paru dans la série:
Michel Kratochvil Tennis Academy: «Quand jouer au tennis devient (trop) cher»

 

glqxz9283 sfy39587stf02 mnesdcuix8